Vu pour vous !
Éric Defaix, directeur adjoint de l’Equinoxe, nous livre ses impressions sur la pièce « Les Naufragés » qu’il a vu en juin 2018 à Lyon (création à la Halle Debourg dans le cadre du festival Les Nuits de Fourvière).

Emmanuel Meirieu met en scène le récit de Patrick Declerck dans lequel il raconte ses années auprès des clochards de Paris… D’abord comme ethnographe rattaché à la Maison des Sciences de l’Homme, puis en tant que psychanalyste avec l’association Médecins du Monde, enfin comme consultant au CASH (Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers) de Nanterre. Il nous donne à écouter le témoignage d’un homme qui a décidé de partager l’existence des oubliés, des naufragés, des indigents…

Ce récit – publié en 1981 par l’éditeur Plon dans sa fameuse collection d’ethno-anthropologie Terre Humaine – a rencontré un immense succès en librairie. Le spectacle avait également été salué par la presse nationale unanime à sa création à Lyon en juin 2018. Il connait depuis deux saisons d’exploitation et son succès ne se dément pas : programmateurs et spectateurs en sortent à la fois ébranlés, « conscientisés »  et séduits…

C’est une grande réussite qui nous révèle un immense comédien (François Cottrelle), ouvre grand nos yeux sur une réalité dantesque et porte haut l’étendard de l’indignation.

Ce spectacle confirme aussi l’intelligence humaniste du metteur en scène Emmanuel Meirieu. 40 ans après la publication du récit de Declerck cela pouvait sembler une cause perdue de s’intéresser aux clochards dans la société qui est la nôtre, où c’est partout marche ou crève ? Et pourtant Meirieu a su poser tous les enjeux, relever tous les défis contradictoires.

Comment à partir de cette marge toujours plus refoulée faire résonner auprès d’un large audience une critique radicale de la politique socio-économique libérale ?

Comment créer un spectacle d’une beauté magnifique à partir de la misère la plus sordide et répugnante ?

Comment dépasser les limites du théâtre documentaire, crever le quatrième mur du théâtre et nous toucher au plus profond avec l’histoire de ces morts-vivants qu’on préfère éviter quand on les croise dans la rue ?    

Les Naufragés
Lundi 30 mars – 20 h 30 – 1 h – Tarif de 3 à 25 €
Equinoxe – Scène Nationale de Châteauroux